la compagnie bravelame Index du Forum
 
 
 
la compagnie bravelame Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

L'ombre des lames croisées.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    la compagnie bravelame Index du Forum -> La Compagnie -> Textes RP
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Thion MacGallaway


Hors ligne

Inscrit le: 17 Nov 2016
Messages: 44
Localisation: Royaumes du Nord
Masculin Verseau (20jan-19fev)

MessagePosté le: Ven 21 Avr - 15:08 (2017)    Sujet du message: L'ombre des lames croisées. Répondre en citant

L'ombre des lames croisées.




Introduction:


Peu après sa capture par les chevaliers de la lame d'ébène, Alaric MacGallaway et Thunderia Waterac, qui l'envoyèrent à Hurlevent. Halvard MacGallaway, l'ancien gardien de Strom, pris sous son aile une jeune fille du nom d'Olennae Tirsois, avant de se rendre dans la glorieuse Gallaeroc, fief de la famille MacGallaway, où, malgré lui, il du prendre le commandement suite au départ du fils de Thion MacGallaway (son neveu), Taethias MacGallaway qui pris la mer pour rejoindre son père et la Compagnie Bravelame.


Une jeune et étrange femme était apparue il y a peu sur les Terres de l'Ours, elle semblait cacher quelque chose et Halvard du prendre les mesures nécessaires, dans le même temps, Dame Ikarea Waterac fît son retour dans la cité des Ours. La tension montant le vieux guerrier décidait de prendre les mesures qui s'imposaient en assignant la Dame à rester dans ses quartiers pendant qu'il chercherais la vérité. En effet, il soupçonnait de sombres plans visant les enfants respectifs de Bridelion et de Thion, car à l'ombre des ruines de Fort-Criant... se dressait une sombre menace, un ennemi imprévisible, pervers et sadique, un monstre au visage de glace et au cœur de cendre, répondant au nom... de Bryden Waterac...


Partie 1 : Le Tonnerre


C'était une chaude journée, les neiges de Gallaeroc commençaient à fondre, le calme régnait sur les terres environnantes, les forces des braves gens du nord avaient réussis à sécurisé la zone... mais la menace de la légion planait toujours, et les combattant veillaient encore et toujours sur leurs foyers.


Halvard était assis, comme d'habitude depuis quelques mois, sur le trône imposant de Gallaeroc, trône sur le quel avaient siéger ses frères, et son père et tous les anciens seigneur dont il descendait, mais là n'était pas sa place, en son cœur, il savait qu'il n'était pas fait pour ce trône, et il détestait cette sensation, il détestait bien le pouvoir, lui qui avait abandonner tous ses droits. En effet son enfance il l'avait passée en majorité à aller de son foyer à Fort-criant et Stromgarde, il n'avait vécu que peu d'années à Gallaeroc il s'y sentait presque comme un étranger.


Cependant, il était fier de pouvoir servir à nouveau sa famille, heureux d'avoir une nouvelle raison de se battre. Mais ce jour là, l'ordre qui régnait sur les terres du nord allait être chamboulé...


« Mon seigneur ? Il y a un soucis ? » lui demandait Edmund l'intendant. « Vous ne me répondez plus depuis une bonne demi-heure s'en est presque effrayant...


« Pardon ? Ah, j'étais perdu dans mes pensée... vous parliez de ? » répondit sèchement le vieux loup.


« Je vous demandais si vous désiriez mettre de nouveaux chandeliers dans la s.. » l'intendant fut coupé net par le regard sévère de l'homme bourru assis sur l'imposant trône.


« Nous sommes peut-être dans une situation stable, mais ce n'est pas une raison... de me faire chier avec des histoire de.. chandeliers, je m'en moque, occupez vous de vous assurer que nos citoyens aient les vivres suffisant à leur confort... ou je trouverais un nouvel intendant ! »






L'intendant s'inclinait frénétiquement devant le vielle homme, comprenant qu'il avait réussis à l'agacer. Il avait entendu les histoire et légendes racontées par les bardes, on disait que le Tonnerre rugissait en réponse à la rage d'Halvard, que sur le champ de bataille ses coups étaient aussi vifs et puissant qu'un éclair... Si bien qu'on lui avait donner le simple surnom de Tonnerre.


Mais ce n'était que des légendes, Halvard ne les aimaient pas vraiment en réalité, il en était même agacé, lui qui ne comptait que sur sa propre maîtrise, et sur des talents bien humains, un simple guerrier, un homme simple...


***


Halvard marchait dans les couloirs chaleureux du château, les tableaux ornant les murs lui rappelaient ses jeunes années, bien loin derrière lui désormais, il se souvenait du rire de ses frères et sœurs, du parfum de sa mère et de la voix tonitruante de son père et de son caractère d'ours, ces années heureuses étaient loin oui... car sa vie, il l'avait passée arme à la main, lui dernier de ses frères avait du prendre les armes pour devenir quelqu'un, prendre les armes car il avait ça dans le sang.


Ses cheveux blonds étaient devenu blanc comme la neige, et son visage c'était creusé et des rides faisaient de son visage un terrain montagneux, il n'avait que 50 hivers, mais semblait plus proche du vieillard que du fringant jeune homme qu'il eu été. Malgré cela, quelque chose de fort se dégageait encore du vieux soldat, quelque chose de sincère qui plaisait sûrement aux femme de son âge... mais il n'en avait cure.





Malgré cela, son corps restait solide même si la vieillesse avait rendu sa rapidité et son endurance légendaire fortement ridicule, si ses coups étaient aussi puissant et sa maîtrise du combat impressionnante, il sentait le poids des années dans ses mouvements et les combat qui duraient trop de temps l’épuisaient rapidement, alors fini les combat spectaculaire, sur le champ de bataille il se contenait de survivre en finissant la chose le plus rapidement possible avant d'en mourir.


Oui, il savait que son temps était révolu, mais ne voudrait jamais l'admettre.


Ce jour là, il passait du temps avec les enfants et Ikarea, la journée semblait bien se déroulée, mais elle était loin d'être terminée.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 21 Avr - 15:08 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Thion MacGallaway


Hors ligne

Inscrit le: 17 Nov 2016
Messages: 44
Localisation: Royaumes du Nord
Masculin Verseau (20jan-19fev)

MessagePosté le: Ven 21 Avr - 17:18 (2017)    Sujet du message: L'ombre des lames croisées. Répondre en citant

Partie 2 : Écume de sang


Un sinistre brouillard voilait les ruines de Fort-Criant et la mer qui la bordait, une flotte de navires aux voiles déchirée avançait vers l'ancien bastion de Waterac, à sa tête un immense navire, juste à côté deux navires réprouvés approchaient.











« Mes salutations Lord Waterac ! J'ai un message du haut commandement, nous souhaiter.. » le réprouvé se fit couper dans son élan par la voix nécrotique, rocailleuse et résonnante d'un chevalier de la mort.


« Partez de mon domaine ! »


« Je suis ici sur l'ordre de notre Reine.. »


« Je n'ai aucun Roi, aucune Reine, je n'ai jamais dit que je vous suivrais »
« Vous êtes donc du côté de ces vivant ? Le réprouvé pointait de son doigt crochu la montagne qui dominait les terres de l'ours.


En réponse Bryden se mit à rire.


« Non, je n'ai pas non plus prétendu cela... je voulais vous dire que je n'avais pas besoin de votre aide... Et que je ne veut pas servir la catin Sylvanas »


« Je vais devoir prendre les mesures nécessaires et prévenir Dame Coursevent... » répondit le réprouvé l'air agacé par les insultes envers sa reine.


Bryden le dévisageait avec satisfaction.


« Je ne crois pas.. » d'un geste de la main, Bryden ordonnait à ses hommes d'éradiquer les marins réprouvés en retournant à la barre de son navire.


Après avoir nettoyé la zone, les navires jetèrent l'ancre à Fort-Criant.


Bryden c'était enfin habitué à son nouveau corps, le changement était radical, la lame d'ébène avait fait du bon travail, il était passé d'un simple cadavre à moitié dévorer à un corps solide comme le roc et des nouveaux pouvoirs, ceux qu'un chevalier de la mort. Le Lord Waterac avançait d'un pas fier parmi ses hommes qui se prosternaient devant lui, il retournait dans son donjon en ruine, et allait s’asseoir sur son trône, les bannières aux épées croisées flottaient sur les remparts, des bannières déchirées donnant une allure encore plus sinistre au bastion de pierres noires.


Il cherchait un moyen d'infiltrer Gallaeroc et de prendre les enfants de Thion et Bridelion. Il se servirait des rejetons pour attirer le reste de ses cibles et en finirait une bonne fois pour toutes avec eux, puis aurait le champ libre pour étendre son influence et la terreur sur les terres de l'ours. Bryden désirait plus que tout étriper son fils de ses propres mains, il voyait Bridelion comme une erreur, il c'était lié d'amitié avec les MacGallaway et ne méritait plus de porter le nom de Waterac...


Le vieux seigneur avait fait de Fort-Criant un endroit invivable, ses hommes avaient dérobé de la peste aux Réprouvés et la ville en était souillée, il s'en satisfaisait, car même défait ces terres lui appartiendraient toujours et porteraient à jamais sa marque impie.


***


A Gallaeroc, Halvard avait ramené les enfants à leur quartier. Quelque chose en lui trouvait que quelque chose ne tournait pas rond, il se rendit donc au poste de garde, à ce moment un messager venait juste d'arriver, Bryden c'était installer avec une flotte dans le fief des Waterac. Les hommes qui étaient chargés de surveiller la zone ont été tués, seul un survivant avait réussis à s'échapper.


« Monseigneur, il y sont en nombre important, je ne sais pas ce qu'ils rpéparent mais cela n'annonce rien de bon »


Contre toute attente Halvard pris une étonnante décision.


« J'irais seul, vous, vous allez commencer à préparer nos hommes si j’échoue je vous aurais au moins fait gagner du temps et briser leur préparation à eux. »


« Chef c'est du suicide ! » s'exclama l'un des hommes de Halvard.


« C'est un ordre jeune homme, je sais ce que je fais, Bryden les tiens par la peur, si nous coupons la tête du serpent, il y a des chances qu'ils baissent les armes.. En mon absence, toi et Dame Waterac donnerez les ordres, allez la libérée de ses quartiers elle n'est pas notre ennemie. »


Halvard enfilait son casque et pris un griffon tandis que les hommes s'exécutaient.




***
Après quelques heures passées sur le griffon le plus rapide à survoler les terres de l'ours, Halvard atteignis les terres de Waterac, il se posait discrètement un peu plus loin avant de continuer à pied.


Son griffon dissimuler il se mit à avancer prudemment vers ce qui fut il y a bien longtemps, son foyer.








L'air était étouffant, écœurant, une odeur de charogne, de mort... Halvard avait connu le fort au sommet de sa gloire, à une époque ou l'odeur de la mer et des fleurs donnait une âme au fort.
Une époque où les marins chantaient sur les quais et dans la taverne, ou volaient les mouettes, ou les chats couraient sur les toits.
Cette époque était révolue, voilà ce qui restait du glorieux Fort-Criant.




Il connaissait cette ville aussi bien que Stromgarde, cet avantage lui permit de s'infiltrer avec une facilité déconcertante. Il savait qu'il risquait de ne jamais revenir à Gallaeroc, mais il était sur de pouvoir ralentir la progression de Bryden.




Il atteignit rapidement le donjon, qui bien que délabré restait imposant, les pierres noires donnaient une image de château hanté... hanté il l'était sûrement. Le vieil ours remarquait que l'un des murs était en piteux état, après un moment d’hésitation, il entrait dans l'obscur donjon, c'était comme une descente dans les abîmes, dans un monde de damnation, tout semblait si surréaliste... mais c'était bien réel. Il progressait à travers un dédale de couloirs avec pour seul éclairage une simple torche, puis il entendait des sons, des bruits, NON des voix !




Des voix nécrotiques, des non-morts, des damnés, qui occupaient les lieux, son armure de plaque l'empêchait d'être aussi discret qu'il l'aurait souhaité, mais il devait continuer, heureusement il connaissait bien le donjon, pour y avoir vécu avec la famille Waterac. 


Lui qui était la pupille du père même de Bryden.




Il se souvenait des lieux et de la rivalité qu'il y avait toujours eu entre eux... Bryden était le plus horrible de tous les enfants, le plus sadique de tous les seigneurs, Bryden avait toujours voué une haine envers Halvard, sans que ce dernier ne sache vraiment pourquoi...



Halvard égorgeait un garde et cachait le corps dans un placard avant de continuer son ascension vers la salle du trône. Son cœur battait, sa respiration était difficile, mais il n'abandonnerait pas, il devait mettre fin à la folie de Bryden.


Ce dernier était fièrement installé sur son trône, un siège qui portait les armoiries familiales, il y avait ajouté les crânes de ses propres frères et sœurs aux accoudoirs. Il se mit à rire, d'un rire sorti de la tombe, résonnant dans la salle.




« Tu en as mis du temps Halvard, sort de ta cachette je sais que tu es là... »




« Hmf... regarde-toi Bryden, même ainsi tu es toujours aussi arrogant... »


« Mais regarde-toi, vielle homme décrépits, tu es seul et tu viens ici pour te faire tuer, c'est pathétique, mais je te remercie de venir m'offrir ta vie, je pourrais faire de toi une goule de compagnie... »


« Tu sembles un peu trop sûr de toi... pourtant tu te caches derrière tes hommes »


« J'ai des choses plus importantes à faire que de me battre avec la plèbe »


Halvard était posté fièrement devant son adversaire et le défiait du regard.


« La plèbe.. bien ce que je disais toujours aussi arrogant... »


A la fin de sa phrase le vieux guerrier fonçait comme une flèche sur le Lord Waterac, mais ce dernier esquivait le coup de justesse et pris lui aussi ses lames.


Halvard portait ses deux magnifiques lames, des glaives au nom de Tempête et Tonnerre. Elles étaient d'un acier immaculé, et ornées de marques rouges.


Bryden portait deux lames runiques, tachées de sang, il se fichait bien de leur allure.


Les deux hommes étaient comme le jour et la nuit, deux opposés, deux rivaux. Le combat allait commencer et l'un d'eux allait mourir...


Revenir en haut
Thion MacGallaway


Hors ligne

Inscrit le: 17 Nov 2016
Messages: 44
Localisation: Royaumes du Nord
Masculin Verseau (20jan-19fev)

MessagePosté le: Mer 26 Avr - 18:24 (2017)    Sujet du message: L'ombre des lames croisées. Répondre en citant

Partie 2 : Un combat perdu d'avance.


Les lunes étaient hautes, et l'air glacial, le toit détruit de la salle du trône offrait un droit aux chauves-souris qui passaient là de voir le spectacle. Les deux hommes se tournaient autour, attendant une ouverture, Halvard savait qu'il devait rapidement en finir, l'air du fort était étouffant il peinait à respirer, l'odeur de moisissure lui donnait presque la nausée.


Après quelques minutes, il dut donc attaquer le premier, Bryden paraît aisément les coups du vieux guerrier, il était chez lui, l'air ne le dérangeait aucunement, il se sentait fort, invincible... peut-être trop ?
Halvard entrepris à nouveau de l'attaquer, sachant pertinemment que Bryden parerait son coup il lui envoya aussitôt un coup de pied dans le ventre, puis enchaînait ainsi les attaques arrivant enfin à porter un coup d'épée contre l'épaulière du runique.


Bryden, lui, ne bronchait pas, il portait un coup de sa lame vers Halvard, mais ce dernier réussit à parer, leur regards se croisèrent et les deux guerriers se lancèrent enfin dans un combat impressionnant, les lames tournoyaient, les coups pleuvaient, aucun ne disait plus mots, trop concentrés dans leur combat, Halvard combattait avec la ténacité des ours de Gallaeroc, mais Bryden en fatiguait pas, il réussit à désarmer le vieux guerrier qui se retrouvait désormais avec une seule de ses épées.


Ainsi éloignés l'un de l'autre ils se fixèrent quelques secondes avec haine, toutes les années n'avaient pas effacé leur haine mutuelle, Bryden avait détruit la vie d'Halvard lui prenant tout, et l'existence même d'Halvard répugnait Bryden.






Après ces quelques secondes ils chargèrent tous deux. Le combat fit rage, les sons de leurs lames s'entrechoquant résonnaient dans le vieux donjon, seules les lunes offraient une lumière jaunâtre sur la scène du combat.


Halvard commençait à prendre le dessus sur son adversaire quand soudain une explosion retentie plus loin dans le fort, sûrement dans l'une des cache d'arme de la ville. Le Lord profitait d'une seconde d'inattention du vieil homme pour l'attirer vers lui avec une poigne de la mort et lui envoyer un coup de lame horizontale dans le dos. La plaie commençait déjà à s’infectée, Bryden en ayant profité pour lui infliger une maladie impie.




Quelques heures plus tôt au port de Gallaeroc :


Vaerya venait d'arriver au port de Gallaeroc, des années qu'elle n'était pas revenue sur ses terres, elle s'y était toujours refusée, le traumatisme qu'elle avait vécu pendant l'attaque du fléau l'avait toujours bloquée, elle ne voulait pas se rappeler...


Elle posait pied à terre, l'Arcadia s'imposait parmi les navires marchands, son pavillon noir flottait guider par les vents du nord. Thion MacGallaway, l'avait envoyée prendre des nouvelles, Taethias ayant rejoint le reste de la Compagnie Bravelame, depuis il n'y avait plus aucune nouvelle des terres de l'ours.


Le port fourmillait de vie, les pêcheurs rapportaient leur poisson, les filles de joies séduisaient les marins pour les délester de leurs bourses, les marchands vendaient leurs marchandises et des gamins jouaient aux pirates et aux ninjas dans les rues.


Cependant un homme encapuchonné portant un carquois sur le dos attirait l'attention de Vaerya, elle l'avait déjà vu quelque part, mais elle n'arrivait pas savoir où, pourtant il lui semblait si familier, elle essayait de le suivre tandis qu'il disparaissait dans la foule. Elle dû se résignée à suivre le mystérieux individu.







La jeune femme cherchait un moyen de transport pour atteindre la capitale du duché, elle avançait encore parmi les citoyens jusqu'à tomber sur un chariot, un vieux paysan montait tout juste pour y prendre les rennes.


« Hey l'ancêtre, tu va ou comme ça ? »


« Bonjour jeune fille, je me rend à ma ferme près de Gallaeroc, que veux tu ? »


« J'mrais bien qu'tu m'dépose à la capitale, j'paye bien t'en fais pas, c'est d'accord ? »


« Oui, oui, pas de soucis, si je peut rendre service. »


« Merci l'ancêtre ! »


Ainsi Vaerya et le vieux fermier prirent la route. Le chemin était assez long, mais le grand-père connaissait les terres comme sa poche, il connaissait chaque raccourci, ainsi ils gagnèrent des heures précieuses. Le vieux rompis le silence.


« Curtis, Curtis MacLaw »


« Vaerya... »


« Vaerya.. pas de nom ? »


« Vaerya tout court »


« Hmn... la fille de l'ancien Seigneur s’appelait comme ça elle aussi, c'est drôle. »


Vaerya le regardait sans répondre. Elle n'avait pas envie de mentir ni de dire la vérité, elle préférait garder le silence.


« Alors, que faites vous dans la vie ? »


« J'suis capitaine de navire. Et vous ? Faites quoi dans vot' ferme ? »


« Je cultive des légumes et j'ai un élevage de bovin »


« J'voit, un travail honnête »


Vaerya se sentait de plus en plus mal à l'aise, revoyant les terres de son enfance à une époque reculée.
Elle gardait le silence jusqu'à destination.


« Tenez, j'me doute que vous roulez pas sur l'or l'ami, merci encore » Vaerya lui tendait une grande bourse d'or.


« Je ne peux pas accepter j'aime rendre service demoiselle. » le vieux avait un sourire rassurant et touchant, il semblait bien avoir compris qui elle était, mais ne disait mot.


« Ben, voyez ça comme une obligation, j'vous laisse pas le choix à vrai dire. » Elle lui rendit un sourire amical.


« Merci bien alors, je sais bien que vous êtes tenace... » Le vieillard prit la bourse en souriant.


Ils se quittèrent en se saluant au loin.


Quand Vaerya arriva devant les portes imposantes de la cité des ours, elle eut le souffle coupé. Elle était là, de retour après toutes ces années. Les portes s'ouvrirent devant elle.


« Bienvenue chez vous Capitaine » lui dit l'un des célèbres chevaliers de son frère dans son armure aux couleurs de bronze d'or et de rouge.


« Comment savez-vous... » Vaerya semblait vraiment perturbée par la situation.


« Vos frères ont fait un sacré travail sur les terres de l'ours, nos ressources, nos agents, sont partout et la capitale peut être au courant de tout ce qui se passe, le réseau possède encore quelques failles, mais c'est déjà pas mal. » le chevalier s'inclinait face à Vaerya puis lui fit signe de suivre.


« Un souci ? » l'interrogeait la belle capitaine.


« Dame Waterac à demander de vous voir en urgence, nous devrions faire vite, montez l'un de ces chevaux »


«Ça sent pas bon déjà, une urgence, c'est jamais bon...bordel. »


Vaerya avançait en compagnie du chevalier dans la fabuleuse cité, le ciel filtrait à travers l'ouverture en haut de la montagne creuse protégée par d’impressionnants remparts et de puissantes tourelles et canons de confection gnome, de solide portes en rochenoire serviraient de volet pour fermer cette seule faille en cas d'urgence.


Le soleil rayonnait dans la cité, les rayons reflétés ingénieusement par les vitraux et autres glaces décorant les bâtiments et les points d'eau.


Les arbres et les animaux présents au cœur de la ville donnaient une sensation étrange, comme un petit monde dans le cœur de la montagne, le contraste avec les neiges du Mont Immaculé, quelque chose de magique régnait encore dans les murs de la ville de ses ancêtres.


La cité grouillait de vie, femmes, enfants, vieillard, elfes, nains, humains...


Les deux cavaliers arrivèrent enfin à destination, le château se dressait fièrement, imposant, inébranlable, les portes s'ouvrirent et se refermèrent aussitôt franchises.


Dame Ikarea Waterac attendait dans la cour, gracieuse comme à son habitude, mais elle faisait les cent pas, l'air inquiet.


« Vaerya ! Enfin, vite ne perdons pas de temps, Halvard est partit seul à Fort-Criant, je dois surveiller la ville, j'ai appris que tu étais de retour, j'aimerais que tu ailles avec des hommes rejoindre Halvard, je crains qu'il ne revienne, pas, je n'ai pu l'empêcher de partir et.. »


« D'accord, n'en dis pas plus, veille sur les gosses, tu pourrais nous téléporter ? »


« Pas avec les protections »


« Abaissons-les, le temps du sortilège ? »


« Je ne sais pas si c'est une bonne idée... »


« On a pas trop le choix, ordonnez aux hommes de baisser les protection pendant que Dame Ikarea nous téléporte puis réactivez les aussitôt. »


Ikarea s’exécutait aussitôt téléportant Vaerya et un groupe de soldats, cependant le sort lui demanda beaucoup d'énergie. A la seconde ou le groupe était téléporté, les protections magiques de la ville se réactivèrent.


Vaerya se retrouvait donc face au fief des Waterac. Il ne lui restais plus qu'à trouver Halvard.


Revenir en haut
Thion MacGallaway


Hors ligne

Inscrit le: 17 Nov 2016
Messages: 44
Localisation: Royaumes du Nord
Masculin Verseau (20jan-19fev)

MessagePosté le: Lun 8 Mai - 19:46 (2017)    Sujet du message: L'ombre des lames croisées. Répondre en citant

Partie 3 : L'aube de la guerre des Lames Croisée.













La pluie battait, le vent soufflait, la citadelle avait toujours une allure sinistre.


Vaerya et ses hommes avaient avancer dans le fort, ils avaient atteins l'une des caches d'arme. Ils y mirent le feu et l'explosion retentit dans tout Fort-Criant.


Pendant ce temps dans la salle du trône...




Halvard gisait au sol se tenant les côtes, sa plaie le faisant atrocement souffrir.


« Qu'es-ce... » S'interrogeait Bryden Waterac en entendant l'explosion.


« Ton heure est venue Bryden... les... les héritiers légitimes de ces terres... reprendront...ce qui leur... revient de droit ! »


« Silence vieil ours... tu es fini... »


Halvard profitait de inattention de Bryden pour se relever, et dans un dernier élan de courage passait à travers la fenêtre la plus proche avant de s'écraser lourdement au sol, un tel acte était dangereux et fou, mais il avait plus de chance de survivre ainsi qu'en restant à la merci de son adversaire.


« Halvaaaaaaaaaaaard ! Hurla le seigneur noir. Tu ne survivra pas assez longtemps de toute façon... »


C'est donc avec difficulté que le vieux guerrier se relevait, il saignait, et sa plaie le brûlait, il avait du se briser des côtes, mais l'adrénaline et son envie de survivre était assez forte pour qu'il puisse passer au delà, mais pas assez pour rester debout, il avançait en titubant, s'écroulant dans la boue.


Pendant ce temps Vaerya et ses hommes lançaient un assaut sur les guerriers de Bryden, une frappe de choc et rapide, Vaerya profitait de la confusion pour s'introduire dans le château, les pièces étaient silencieuses, des cadavres décoraient les salles obscures et les couloirs sombre.


« Par Neptulon... murmurait la jeune femme. C'est horrible... »


Elle avançait à travers le château, espérant pouvoir sauver son vieil oncle, espérant qu'il soit encore en vie. Le pluie et le vent faisaient claquer les volets des pièces adjacentes, les bruit de combats dehors semblaient s'arrêter, donnant encore plus la sensation de s'enfoncer dans les abîmes.


L'odeur de putréfaction donnait la nausée, les vers avaient fait des cadavres leur nouvelle maison, et la vie semblait mourir en ces lieux.


Elle avançait d'un pas prudent mais bouleversée d'un tel spectacle, elle se voyait plusieurs années en arrière lorsque Gallaeroc et les terres de l'ours étaient tombée, quand elle et ses frères durent errer sur les terres maudites.


Puis, elle arrivait dans la salle principale, une faible lumière dégageait de la salle du trône, elle avançait vers la porte de la salle, le chemin lui semblait duré des heures, puis elle atteignit la porte.


Elle l'ouvrit lentement, mais l'immense porte grondait, comme un grognement ténébreux venu d’outre tombe. Elle passait dans la salle d'un pas léger et vit les traces de lutte et le sang, elle s'avançait vers la fenêtre brisée, la pièce était éclairée par une unique bougie.


Elle regardait les rideaux se faisant aspirer par la tempête à l'extérieur, tel une gueule affamée. Elle cherchait son oncle des yeux à travers la salle... Quand soudain, la porte se referma dans un vacarme saisissant et la bougie s'éteignit.


Là dans les ténèbres, l'observaient des yeux d'un bleu glacial, et une voix rauque lui lançait.


« Alors, voici donc, mon nouveau jouet, mon fils a de très bons goûts... »


Le runique éclatait de rire masquer par les ténèbres de la salle, avant se saisir Vaerya, qui était encore pétrifiée de peur.




Dehors, les combats avaient cesser, les hommes de Vaerya avaient subit de lourdes pertes bien qu'ils aient réussis à vaincre un nombre conséquent des hommes de Bryden. Mais ils durent fuir, car les renforts ennemis arrivaient en masse, cacher derrière une maison l'un des soldats de Gallaeroc cherchait le corps de Vaerya après avoir vu qu'elle n'était plus avec eux.
La troupe cherchait Vaerya du regard quand ils entendirent un bruit de plaque tombant, ils se retournèrent et aperçurent Halvard, titubant.


Le vieux guerrier était à bout de force et perdit connaissance, les soldats, sachant pertinemment qu'ils ne pourraient rien faire de plus pour Vaerya, prirent le vieil ours avec eux et fuirent pour retourner à Gallaeroc.






Quelques heures plus tard à Gallaeroc :


La troupe rentrait au château de Gallaeroc, Halvard sur une civière. Ikarea les attendait dans la cour, elle faisait les cent pas, elle les aperçus.


« Quelles sont les nouvelles soldats ? » les interrogeait elle.


Les soldats racontèrent tout ce qu'ils savaient tant dis que Halvard se fit transporter à l'intérieur du château.


« Bande d'incompétents ! » Éclata la Dame.


« Mais vôtre grâce... nous n'avions pas le choix, nous étions en sous nombre, je voulais ramen.. »


« Les dieux savent ce qui va arriver à Vaerya désormais ! Vous deviez la protégée ! Hors de ma vue ! »


Ikarea retournait à l'intérieur du château et s'en alla au chevet de Halvard.




Pendant ce temps à Fort-Criant :


Quand Vaerya repris connaissance, elle était ligotée sur une sorte de roue près du trône, ses vêtements étaient déchirés, elle avait été mutilée au niveau des bras.


« Alors, tu es réveillée... je commençait à m'ennuyer... »


« Qu'es-ce que tu m'a fait ? »


« Je m'amuse avec toi simplement, tu es à moi maintenant... »


Le vieux Lord caressait la joue de Vaerya, mais cette dernière essaya de lui mordre la main.


« J'appartiens à personne tu m'entend vieux connard ?! »


« Silence femme ! »


« J'vais t'en coller du silence quand je t'aurais mis une balle entre les deux.. »


Vaerya n'eut pas le temps de finir sa phase que les phalanges du runique lui fracassèrent la machoire.


« J'ai dit...SILENCE !  Maintenant, te va me regarder jouer avec toi, et si tu fait le moindre bruit... »


Bryden posait son ignoble main au niveau de l'entre jambe de Vaerya avec un sourire malsain, il la regardait dans les yeux, se délectant de sa peur, de son dégoût, il lui enfonçât une dague dans la cuisse droite, ce qui la fit hurlée de douleur.


« Ouh...perdu... je vais donc devoir m'occuper de toi, et te montrer ce qu'es un véritable seigneur ! »


Dehors, les gardes du fort, purent entendre les hurlement d'effroi de Vaerya, son calvaire ne faisait que commencer, et personne ne pouvait lui venir en aide.




Retour à Gallaeroc :


Halvard ouvrit les yeux, Ikarea se tenait au pied de son lit. Elle souriait semblant soulagée de voir qu'il allait bien.


« I..Ikarea.. »


« Ne bougez pas trop Halvard, vous étiez dans un sale état... »


« Où est Vaerya ? »


« Elle a été prise par Bryden... les hommes ont fuit et vous ont trouver. »


« Par la Lumière...ma petite.. »


« Vous devez vous reposé... Je vais prévenir Thion et Bridelion. »




« Me reposer ? Pendant que ma nièce se fait sûrement torturée par ce monstre... »


Halvard se relevait avec toute sa hargne, il avançait, le corps recouvert de bandages. Il se posait devant la commode sur la quelle reposait un miroir, il se regardait dedans. Ses cheveux étaient pleins de boue séchée, ses rides marquaient son visage comme les crevasses de Gallaeroc.


« Me voilà, un vieillard incapable, c'est n'est pas l'heure du repos... »


Halvard saisit son rasoir et regardait un moment la lame, brillante immaculée.


« L'heure de la guerre est arrivée... Bryden doit être vaincu si les Bravelame veulent pouvoir se battre à fond contre la Légion Ardente... »


Halvard commençait à raser ses cheveux.


« Une aube nouvelle se lève sur ces terres, un âge de renouveau, d'espoir, succédera à l'âge des ténèbres, les terres de l'ours seront définitivement libérée... Les nouvelles générations pourront être digne de l'héritage de leurs pères... »


Halvard n'avait plus de cheveux, il se mit à rire en se regardant.


« Il est temps d'aller de l'avant, je suis un vieillard... mais je sais qui je suis. Je suis Halvard MacGallaway, et je vais me battre, avec les miens, et je ne lâcherais rien. Ikarea, il est temps d'appeler les deux têtes de pioche, il est temps de se réunir, La guerre à commencer. »


« Oui, je vais de ce pas envoyer un message. »


« Une dernière chose, le temps que je panse mes blessures... c'est vous qui dirigez, j'ai...confiance en vous... aller gamine, file. »


« Je resterais digne de vôtre confiance Halvard. Je le jure »


« Je n'en doute pas... »


Le vieil ours s'allongeait donc à nouveau sur son lit, pensif, son cœur saignait à l'idée de savoir Vaerya entre les griffes de Bryden, il ne savait que trop bien ce dont il était capable.


Pendant qu'Halvard se reposait, Ikarea envoyait un message à l'intention de Bridelion et Thion, racontant tout ce qui c'était produit, ceci fait, elle commençait à faire préparer les homme pour le combat qui s'annonçait.


La guerre des lames croisées allait commencée.





Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 14:22 (2018)    Sujet du message: L'ombre des lames croisées.

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    la compagnie bravelame Index du Forum -> La Compagnie -> Textes RP Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com