la compagnie bravelame Index du Forum
 
 
 
la compagnie bravelame Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

La fin.
Aller à la page: <  1, 2
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    la compagnie bravelame Index du Forum -> La Compagnie -> Textes RP
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Karitas


Hors ligne

Inscrit le: 24 Nov 2016
Messages: 45
Masculin

MessagePosté le: Jeu 1 Fév - 20:31 (2018)    Sujet du message: La fin. Répondre en citant

Vigne encourageait les autres à reculer, tandis qu'elle transportait Karitas. La Draenei était particulièrement maigre et son corps portait les stigmates de nombreuses tortures. Toutefois la druidesse ne pouvait pas prendre le temps de tenter un soin. Elle voyait Elen dans une situation désespérée, encore gravement blessée. La dragonne inconsciente gisait sans réaction et il était peu probable qu'elle se réveille avant que... 


"Par Aessina..." Jura l'elfe en voyant le cadavre de Baal se ranimer et estropier Thion avec autant de facilité qu'il l'aurait fait d'un jouet. Un vent de panique balaya la troupe de vétérans en voyant leur chef, leur guide, leur champion plier devant l'abomination. 


Vigne se mit à réfléchir à toute vitesse en titubant à reculons vers les mages, traînant Karitas par les épaules. La Kaldorei pouvait sentir l'énergie arcanique crépiter dans son dos, mais le Vide transpirait des murs, du plafond et du sol. Parviendraient-ils à temps jusqu'aux portails ?


Le chaos était total. Plusieurs guerriers se précipitèrent pour sauver l'Ours du nord, se faisant aussitôt déchiqueter par le Baal monstrueux qui grandissait, grandissait et ricanait de ses nombreuses gueules dentelées. Taethias se rua aux côtés de son père tandis qu'une demi-Elfe armée d'un arc tentait de faire reculer les tentacules les plus proches. La voix de Faelwyn, impuissant, contraint de maintenir le portail, hurlait sa douleur et sa colère, mais il y avait dans son cri une intonation sinistre. Ikarea, sérieuse comme à son habitude, lui intimait l'ordre de garder son poste - seule elle ne pouvait pas maintenir les passages.


Vigne eut aussi confusément l'image de Dorsator, suant et rageant, mordant et griffant des centaines de mains griffues pour permettre à Taluum de transporter le corps de son père - toujours inerte.


Puis elle réalisa qu'elle ne traînait plus Karitas. Peut-être l'avait-elle lâchée une seconde ou deux. Elle était étalée sur le sol. Non, plutôt elle rampait. Elle était secouée de frissons et de tremblements sporadiques. Grattant le sol du bout des ongles, elle tendait une main impuissante droit vers... 




Les rangs des Bravelame refluant dans le plus grand désordre, certains écorchés, vifs, d'autres avales par le sol ou étripés par des ronces de chair. 


La forme malveillante et démentielle de Baal déformé, dont le rire guttural emplissait toute la pièce. 


Thion genou à terre, mâchoires serrées, tenant encore dans sa main droite son arme souillée fichier vert.


La même main que celle que Karitas dirigeait vers lui. L'autre bras de la garde du corps traînait lamentablement à son côté, comme désarticulé. La Draenei pleurait mais Vigne comprit en un éclair : la douleur qui frappait Karitas était une souffrance empathique. Une sorte de lien que la druidesse ne comprenait pas, mais qu'elle ressentit par instinct. Elle s'imagina ce qu'elle même aurait ressenti si Teldrassil était mort. La Kaldorei ressentit une profondeur compassion pour la paladin.


Et elle décida de rester.


Après tout, elle aussi pouvait contrôler des tentacules. Et puis elle ne pouvait pas fuir quand d'autres comptaient tout tenter.


Elle s'avança à côté de Karitas et lui murmura d'une voix douce :


"À la vie à la mort..."


L'armure d'écorce et de bois de la druidesse sembla soudain doubler de volume, alors que les épines les lianes noires et les ronces qui en sortaient faisaient barrage aux ombres. Un halo de lumière verte, pure, immaculée, irradia de son corps tortueux. Elle ressemblait bientôt à une masse de branches et de pieux acérés.


 Karitas cependant ne semblait pas l'avoir remarqué. Bien qu'elle n'aie pas reçu de nouveau coup, du sang coulait de ses oreilles et de son nez. Pourtant elle ne pleurait plus. Étrangement sereine, le visage baigné d'une lumière dorée, elle regardait Thion, minuscule silhouette d'acier et d'espoir devant le demon gargantuesque.


La jeune paladin ouvrit la bouche, articulant avec difficulté :
"Lumière... je t'ai... fait une... promesse..."


Au mépris de toute logique, malgré les privations, les séquelles de torture, et le choc qu'elle éprouvait dans son âme, elle parvint à poser un sabot sur le sol inégal. Comme au ralenti, la tête roulant sans volonté, mais les yeux grands ouverts, elle se remit debout. La lueur qui baignait son visage était à présent presque blanche.


Dernière édition par Karitas le Mer 7 Fév - 09:16 (2018); édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 1 Fév - 20:31 (2018)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Skyhigh


Hors ligne

Inscrit le: 22 Déc 2017
Messages: 2
Féminin

MessagePosté le: Sam 3 Fév - 13:08 (2018)    Sujet du message: La fin. Répondre en citant

Auriel se trouvant près de la scène crispa ses poings en voyant Thion se vider de son sang.  Elle savait ce qu’elle avait à faire. Il n’était pas question qu’elle le perde encore une fois… plus jamais. Tout d’un coup elle se rappela des paroles de sa sœur jumelle Hortense « Si tu meurs là-bas je te ne le pardonnerai jamais. ».


Un sourire d’une profonde tristesse passa sur son visage d’habitude si calme même dans les situations les plus difficiles. Elle murmura « Je suis désolée… ».
Elle savait le risque qu’elle allait courir mais rien ni personne ne l’empêcherai de protéger Thion. Faisant un geste à deux Bravelames qui se trouvaient près d’elle la prêtresse s’élança vers le Commandant.


Invoquant de toutes ses forces un rayon de lumière celui-ci s’écrase sur les yeux de Baal qui grogna de douleur et perdit la vue laissant assez de temps à Auriel pour soigner Thion.


Elle ordonna aux deux Bravelames de l’éloigner au plus vite le nathrezim allait retrouver sa vue sous peu. Auriel ne les suivi cependant pas tout de suite voulant s’assurer que Thion ne serait pas la première chose que Baal verrait lorsqu’il pourrait voir à nouveau. Lorsque le commandant était en sécurité elle commença à s’éloigner mais derrière son dos elle entendit un petit rire.


Baal avait retrouvé la vue il était trop tard pour elle de s’échapper. Elle essaya de s’enfuir mais il lui trancha le dos et l’éjecta aux pieds de Thion. Elle eut seulement le temps de croiser le regarde de celui-ci avant de s’évanouir.


Revenir en haut
Bridelion Waterac
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Nov 2016
Messages: 34
Masculin

MessagePosté le: Sam 3 Fév - 14:07 (2018)    Sujet du message: La fin. Répondre en citant

Ikarea, qui maintenant toujours le portail, entendait des cris là où l'affrontement semblait avoir repris. Mais trop occupée par sa tâche, elle ne comprenait pas. Ce n'est que lorsque le dernier blessé traversea qu'elle interrompit sa canalisation et tourna le regard vers le combat. Ce qu'elle vît la pétrifia de terreur. Son bien-aimé était hors d'état de se battre, et son bras... Auriel semblait-elle aussi mal en point, et Karitas... 

Face à un tel chaos, elle n'eut qu'une seule réaction: Elle fonça droit sur la mêlée, sans même prendre le temps de se mettre une barrière protectrice autour d'elle. Brûlant et lâchant des déflagrations arcaniques en tout sens, elle essayait tant bien que mal d'empêcher cette... chose qu'était devenu Baal de toucher à ses compagnons. Mais son énergie n'était pas illimitée, et les longs combats précédents l'avaient épuisée. Si bien qu'elle manqua de se faire décapitée, chose qui n'arriva pas grâce à l'intervention miraculeuse d'Alaric, qui para le coup avec fracas. 


Le remerciant du regard, elle sentit qu'il ne lui restait presque plus assez d'énergie pour manipuler sa magie. Dans un dernier élan, elle commença l'incantation d'un épais mur de glace, qui devrait réussir à séparer Baal des Bravelames assez longtemps pour une retraite. Mais une telle canalisation la rendait vulnérable, et Baal le savait très certainement. 


Mais il ne put pas se servir de cette vulnérabilité, Alaric couvrant le flanc droit de la mage, et Bridelion le flanc gauche. 


Au moment où elle coupa la canalisation, elle planta son regard droit dans les yeux de Baal. Un regard de rage et désireux de vengeance. Puis le mur de glace prit forme, moins épais qu'elle ne le pensait. Mais probablement assez épais pour qu'ils aient le temps nécessaire à la fuite. Elle parvint à marcher jusqu'à Thion, et tomba à genou à son tour, épuisée. En invoquant ce mur, elle venait de sacrifiée le peu d'énergie qui lui restait. En temps normal, elle aurait cherchée une source pour se réapprovisionner, mais son inquiétude et sa peur pour l'état de Thion occulta cette habitude.


Revenir en haut
Dorsator Croc-Azur


Hors ligne

Inscrit le: 26 Nov 2016
Messages: 24
Masculin Verseau (20jan-19fev) 虎 Tigre

MessagePosté le: Sam 3 Fév - 17:06 (2018)    Sujet du message: La fin. Répondre en citant

Dorsator brisait les plaques d'armure d'un marcheur du vide lorsque le rayon de Lumière fût lancé sur Baal. Il vit Auriel se précipiter sur le corps meurtri de Thion.

Il ressentit soudainement une étrange chaleur, la plus étouffante qui ait pu exister. Elle lui sembla familière, comme venue d'une lointaine journée...
Oui, c'était ça, la chaleur des Terres de Feu. Il s'y battait pour un seul but, voir sa famille vivre, et pourtant, un échec. Il se refusa à voir l'objectif de Thion échouer aussi, pas aussi prêt du but.

Il fût sorti de sa pensée par l'arrivée des vives flammes de Dwyfa, Naenya descendit de son dos.

"Naenya! Ne m'attends pas! Dans le portail",hurla Dorsator

"Quoi?! Vous restez là?!"

Il lâcha sa masse, "On se retrouvera!" lui dit-il dans un presque chuchotement en la prenant par les épaules. Il la poussa dans le portail.

Il reprit son arme et grimpa sur Dwyfa, lança un dernier regard vers le portail avant de chasser pour de bon l'idée de le passer en tournant son regard vers Baal. Il s'envola, prêt à amocher le démon autant qu'il en sera possible.


Revenir en haut
Thion MacGallaway


Hors ligne

Inscrit le: 17 Nov 2016
Messages: 44
Localisation: Royaumes du Nord
Masculin Verseau (20jan-19fev)

MessagePosté le: Dim 4 Fév - 11:26 (2018)    Sujet du message: La fin. Répondre en citant

Alors que Thion se tenait toujours à genoux devant Auriel, essayant de la soignée avec sa seule main, il vit d'abord Ikarea s'agenouiller à ses côtés posant son front contre le siens. 


Puis il observait, impuissant Karitas avancée déterminée. Taethias vint aidé la jeune draeneï à atteindre son père. 


Sans aucun mot, Thion semblait apaisé de les avoir toutes les trois à ses côtés malgré la situation. 


Alaric retenait Baal du mieux qu'il pouvait, alors que Bridelion semblait vouloir se battre lui aussi, Thunderia, sa mère arrivait.


"Laisse donc faire les cadavres ambulants, toi et Taethias occupez vous des blessés avant de revenir au combat"


La runique qui formait toujours un aussi bon duo avec Alaric l'aidait à retenir le démon, alors que Dorsator du haut de Dwyfa assénât un coups de masse dans le visage du monstre.


Alors que l'avantage du nombre semblait aidé les Bravelames, Baal commençait à agir bizarrement... reculant, puis, dans un autre éclat de rire, laissait échapper de son corps une sinistre substance, comme si le vide s'écoulait, jusqu'au cadavres des soldats décédés.


- Je te couvre Al', précisa la matriarche des Waterac, sachant déjà ce qu'il prévoyait pour contrer la créature maudite.


Enfonçant sa lame dans le sol et laissant échapper de sombres poignes nécrotiques, Alaric relevait à son tour autant de soldats que possible, seul moyen d'empêcher Baal de se constituer une petite armée et de pouvoir retenir ses nouveaux serviteurs.


Ainsi, goules, mort-vivants décérébrés ou quelques champions retrouvant leur fureur guerrière se levèrent pour protéger leur Commandant et ceux qui étaient leurs amis, dans une ultime bataille. Cependant... l'acte d'Alaric allait l'affaiblir et l'empêcher de combattre aussi vaillamment qu'il l'aurait souhaité...


Revenir en haut
Thion MacGallaway


Hors ligne

Inscrit le: 17 Nov 2016
Messages: 44
Localisation: Royaumes du Nord
Masculin Verseau (20jan-19fev)

MessagePosté le: Dim 4 Fév - 11:36 (2018)    Sujet du message: La fin. Répondre en citant

Alors que Vigne rejoignit le combat, l'Archidruide arrivait, sous la forme d'une immense panthère pour veiller à ce que le combat se déroule sans encombres, le druide devait agir, mais il fallait faire un choix retenir le démon, ou aidé les blessés, il n'avait jamais été un bon druide d'Aessina, ayant découvert le druidisme à une époque troublée, il incarnait la fureur d'Ashamane, mais sa fille elle... 


"Vigne, occupe toi des blessés, je m'occupe de Baal, nous ne devons pas perdre d'autres des nos alliés, je sais de quoi tu es capable, rend moi fier..."


Chargeant sur l'horreur qu'était Baal, toutes griffes et crocs dehors, le druide laissait son instinct bestial s'exprimer, déchiquetant tentacules et tranchants les horribles yeux poussant sur le corps ignoble du démon qui grandissait encore, jusqu'au moment ou le démon et Alaric entamèrent leur sombre rituel.


Revenir en haut
Karitas


Hors ligne

Inscrit le: 24 Nov 2016
Messages: 45
Masculin

MessagePosté le: Mer 7 Fév - 12:25 (2018)    Sujet du message: La fin. Répondre en citant

Bruissements de feuilles crissant sur la pierre. Râclement des ronces zébrant de leurs épines un marbre nervuré. Vent mauvais balayant ses cheveux comme les ramures d'un arbre dans la tempête. Odeur de soufre et de corruption pourrie, se mêlant aux fragrances discrètes de l'aubépine et des fleurs des bois. Bouquet de parfums douceâtres, aigrelets et mi-teinte emplissant ses narines à chaque inspiration. 
Respiration profonde, lente, mais puissante, quand chaque pas la fait s'avancer vers l'abomination. Balancement du buste à droite et à gauche pour projeter ses rameaux épineux dans les nuées d'ombres. Balaiement des doigts collants et rampants qui surgissent tout autour, dans une déchirure sonore. Une sensation d'urgence et de malaise lui comprime soudain le coeur.


Une voix qui résonne dans la périphérie de sa conscience : rayon de lumière échappé d'une lune distante, qui perce la canopée d'une jungle inextricable ; il tombe entre les troncs noueux, balaie le sol tamisé pour illuminer une eau dormante. Source d'eau montagneuse, échappée d'un torrent fougeux, mais qui goutte à présent paresseusement, en ruisselet paisible.
Cette voix, c'est celle de son père. Vigne cligne des yeux, tirée de quelque mauvais rêve. L'espace de quelques secondes, sa colère, montée en elle comme la sève dans un tronc, lui a fait perdre conscience de son environnement. Les vrilles de ronces se rétrécissent, absorbées par ses bras et son armure. Le long de ses rameaux, elle peut sentir l'ichor puant des démons, le suintement répugnant des spectres du vide.
Les mots de son père et mentor se gravent dans sa mémoire. Elle tourne la tête vers lui, elle ouvre la bouche mais ne trouve rien à répondre. Elle ne veut pas l'abandonner. Elle veut combattre à ses côtés. Pourtant elle sait qu'il a raison. La sagesse a toujours guidé ses décisions, et elle continue, même en cette heure décisive.


C'est son Thero'shan et le peu qui lui reste de famille. Elle ne lui a jamais désobéi jusqu'ici. Alors elle serre les poings, fait refluer sa rage. Elle vacille, elle recule. Le portail n'est pas très loin. Faisant volte-face en plantant ses dents dans ses lèvres pour conjurer sa frustration, elle se rua vers les blessés inanimés. Vers Elen, qui gisait toujours, vaste corps écailleux désarticulé.
Elle n'avait que quelques secondes pour essayer de la sauver. De ses mains pulsent des filaments de lumière émeraude. Les autres étaient déjà secourus, mais la dragonne, bien qu'arrachée à la corruption, continuait de saigner abondamment. Peut-être qu'en lui rendant un soupçon de vie, elle pourrait se trainer à l'abri ? Vigne ne voulait pas demander plus de délais à ceux qui allaient faire rempart de leurs corps. Parmi eux, son père.


***


Aevia détestait cet environnement. Le hall avait beau être vaste et bien éclairé, elle préférait combattre en forêt, ou même dans un désert, n'importe où plutôt que dans un palais... Qui plus est un palais Eredar. D'autant plus quand ce palais grouillait de tentacules, de limons et d'autres choses innomables au service du Vide.
Elle venait de décocher sa dernière flèche, le trait disparaissant dans les replis mous de la... chose ? Créature ? Monstruosité qui rampait désormais vers eux. Sa taille ne cessait de croître, et tout portait à croire que Baal ne s'arrêterait qu'après avoir occupé tout l'espace. Du coin de l'oeil, Aevia constata que les cadavres frais des démons et des soldats morts se relevaient pour se battre, une fois de plus. Cela ne finirait donc jamais ?


Résignée, elle rangea son arc dans son dos et dégaina son sabre, dont le tranchant fuma bientôt du sang impie des démons. Même les chiens infernaux se remettaient sur patte, bondissant sur les combattants avec une sauvagerie stupéfiante. Le sabre thalassien vibra sous le choc quand il glissa entre les griffes d'un des molosses rouges. Celui-ci était bien décidé à la dévorer. 
D'une torsion du poignet, la chasseresse entailla la patte courtaude, puis faisant glisser sa lame vers le plafond, elle trancha net, dans la verticale, les deux machoires du chien. Dans un hullulement d'outre-tombe, le monstre refusa de s'effondrer. Il était animé d'une énergie obscure, tel une marionnette du vide. Il fallait davantage pour l'abattre. Alors Aevia bondit de côté pour éviter les assauts suivants, et le harcela, l'encercla, le larda de coups jusqu'à ce qu'il tombe et ne se relève pas.


Un autre chien démoniaque, assemblage grotesque de morceaux de chair vaguement draeniques, tituba droit sur elle en beuglant un cri inhumain, mais une épée de fer, bourdonnante d'énergie gangrénée, le stoppa net dans sa charge. La légion de morts au service d'Alaric formait désormais un cercle de défenseurs impavides autour des survivants : c'était l'un de ces corps réanimés qui venait d'offrir à Aevia quelques instants de répit.
Elle mit ce sursis à profit pour se glisser d'un pas léger vers le petit groupe formé par Taethias, bouclier et épée levée, Thion qui se relevait en serrant son moignon rouge, soutenu par Auriel, et Ikarea qui dégageait des ondes d'énergie palpables. D'instinct, la semi-elfe voulait se rapprocher d'eux, que ce soit pour mourir ou pour recevoir leurs ordres malgré le chaos et le bruit. Elle doutait de la conduite à tenir, mais faisait confiance aux McGallaway pour prendre une décision. 
Rester ou partir, le choix ne lui appartenait pas. Elle se rangea à côté de Taethias, tournée vers l'ennemi, observant les goules et pantins d'Alaric affronter ceux de Baal. Le démon éructait à nouveau son rire épouvantable.
"Et maintenant ?" Demanda-t-elle, sans regarder son camarade, mais certaine qu'il allait répondre.
Taethias n'était plus l'héritier des McGallaway. C'était désormais un combattant qui avait fait ses preuves, un meneur. Comme son père, il avait l'étoffe d'un chef, et il allait à nouveau le prouver.


***


Karitas marchait d'un pas lent, laissant derrière elle son sang sombre teinter le dallage. Les épaules abaissées, elle ne prêtait aucune attention à ce qui se passait autour d'elle. Toutes ses pensées étaient tournées vers des souvenirs qu'elle portait comme autant de stigmates, marques d'un passé mouvementé.
Les souvenirs qui défilaient dans la tête de la jeune paladin remuaient en elle des sentiments qu'elle s'efforçait d'enfouir chaque jour, mais qui refaisaient soudain surface, sans aucun contrôle. De cette débauche d'émotions qui remontait dans sa conscience, et qui la faisaient frissonner, elle ne retirait qu'une sensation unique.


Faiblesse, en ce jour lointain où, entourée par le frais bocage d'un bois de Talador, au terme d'une séance d'escrime enfiévrée, elle avait laissé son amour pour Gabrios guider son corps. Elle se rappelait dans les moindres détails la couleur du ciel, l'air frais qui avait alors caressé sa peau, la chaleur qu'elle avait ressenti... La honte qu'elle éprouvait lui rongeait le ventre depuis lors.


Faiblesse sans doute, en cette époque où, fuyant son village ravagé par la guerre, perdue sur les routes escarpées d'Arak, elle cherchait désespérément un guide pour aiguiller sa vie, et où, errant de camp de réfugié en avant-poste de l'Alliance, elle avait échoué sur Azeroth ; et là, elle s'était jetée aux pieds de Thion, poussée par le fol espoir de trouver en lui une raison de continuer à vivre.


Faiblesse encore, à l'ombre des obélisques d'Uldum, penchée au chevet du corps immobile et livide de Thion, elle cherchait un moyen de le ramener à la vie, sans en trouver aucun ; quand elle titubait sur les pentes glissantes des dunes, en tenant d'une main la bride d'un dromadaire rétif, que la chaleur du sable brûlait ses sabots, tandis qu'elle se dirigeait vers des sanctuaires oubliés ; quand elle laissa son seigneur et maître plonger dans le bains de vie des Titans, sans qu'elle ne puisse rien faire pour l'aider, et qu'elle le voyait lutter et hurler dans sa renaissance, elle crispée au bord du bassin, impuissante comme toujours.


Faiblesse pathétique, lors d'une entrevue récente à Dalaran, cité des nuages où tout semblait pourtant possible ; alors que sur un balcon battu par les vents, Thion lui avait révélé qu'il partageait son inclination. Alors que cela aurait pu être le plus beau jour de sa vie, elle s'était avérée incapable de laisser s'exprimer cette émotion qui sourdait en elle depuis si longtemps. Incapable d'aimer, de rendre l'amour ou de s'y abandonner. Incapable d'être honnête avec elle-même. Incapable d'atteindre le bonheur ou de l'offrir. Incapable de retenir ses larmes en sachant qu'il épouserait une autre. Incapable de l'empêcher.


Faiblesse insupportable quand, au fur et à mesure que l'affrontement final avec l'ennemi de toujours, Baal le sept fois honni, se rapprochait, et qu'au rythme de cette marche funeste, elle avait vu, peu à peu, une par une, les convictions et les certitudes de Thion s'erroder, s'effriter, se fissurer : sa Foi en la Lumière ; sa confiance dans ses proches ; sa relation avec son épouse ; autant de piliers sur lesquels il avait bâti sa vie, et qui vacillaient ou tombaient. Et elle, ne rien faire pour l'aider à affronter ces épreuves. Pour finir, hésiter face à Baal, et se faire stupidement prendre en otage.


Faiblesse toujours, incommensurable faiblesse. Le résultat était sous ses yeux : l'Ours du Nord qui pliait, un genou au sol, mutilé, le visage crispé de douleur, si près et si loin, son armure en miettes, sa force rompue, son espoir piétiné.


***


Les combattants ne distinguaient plus la silhouette de Karitas. Elle n'était plus qu'une vague forme de lumière blanche incandescente, plus claire qu'une neige immaculée au soleil, plus éblouissante qu'un miroir parfait.
La radiance qui flamboyait autour d'elle faisait vibrer ou trembler l'air, le sol se crevassait et rougeoyait au contact de ses fers ; l'auréole s'amplifia davantage, si tant est que c'était possible ; les vivants qui se trouvaient à proximité sentirent aussitôt la puissance sacrée qui l'habitait, et les goules et démons trop proches d'elle noircirent et tombèrent en poussière.


Elle se dirigea droit vers Thion, dont quelques mètres seulement la séparaient encore. L'aura surnaturelle, quasi-divine, qui l'entourait pulsait à présent des vagues d'une telle intensité que plusieurs centaines d'yeux de Baal durent cligner ou se fermer pour ne pas être aveuglés. L'ombre proimordiale qui entourait les défenseurs, le temps de quelques battements de coeur, s'éloigna.
Car les vagues d'énergie projetées par la paladin étaient rythmés par sa respiration et son pouls, à une cadence qui allait crescendo. Les cercles d'énergie pure décoiffaient et frappaient ses alliés, manquant presque de les faire tomber à la renverse. La jeune Draenei tendit un bras fatigué, d'un geste hiératique, vers Thion qui la regardait, fasciné mais perplexe. Elle lui tendait, du bout d'une main gracile, la lourde poignée de l'épée qu'il lui avait jadis offerte.
Des personnes présentes qui, à présent à portée de main de Karitas, pouvaient contempler son corps nimbé de lumière ardente, Auriel fut la seule à froncer les sourcils. En tant que prêtresse, elle avait parfaitement conscience de ce qu'un tel miracle représentait comme débauche d'énergie, et même la grâce de la Lumière, aussi bienfaisante soit-elle, avait un prix quand on l'invoquait avec une telle puissance.


Thion referma sa main valide sur la poignée du glaive de Gallaeroc, dont la garde était faite d'écailles de dragon ; un nimbe doré, débordant de flammes à la pureté céleste, embrasa aussitôt ses doigts, son bras, son corps, sans qu'il ressente la moindre douleur. Au contraire, il eut la sensation étrange de retrouver un lien qu'il croyait avoir perdu depuis un long moment.
Oui, c'était pour cela qu'il s'était battu jusqu'ici.
Pour le sang des siens, le sang versé et le sang à naître. Pour la beauté d'un monde qui était à la fois passé révolu et promesse à venir.


La lame de l'épée irradiait d'une telle violence qu'elle en devenait insupportable ; le reflet de cette chaleur divine dansait dans les yeux de l'Ours du Nord, et il hocha de la tête, remerciant Karitas.


La paladin ne sembla pas s'en rendre compte : à l'instant où Thion avait saisi l'épée, la flamme qui animait la Draenei s'était dissipée, comme arrachée à sa peau, pour passer dans la poigne du commandant.


Taethias rattrapa de justesse la Draenei, qui tombait inerte, tandis que son père, ranimé d'une énergie nouvelle, sans plus prêter attention à sa main tranchée que les soins d'Auriel avait cautérisée, se tournait à nouveau vers Baal.


Alaric n'allait plus avoir à combattre seul. Ombre et Lumière, les deux frères jouaient à nouveau leur partition préférée.


Revenir en haut
Thion MacGallaway


Hors ligne

Inscrit le: 17 Nov 2016
Messages: 44
Localisation: Royaumes du Nord
Masculin Verseau (20jan-19fev)

MessagePosté le: Lun 12 Fév - 16:55 (2018)    Sujet du message: La fin. Répondre en citant

Pour l'ambiance.


https://www.youtube.com/watch?v=2fngvQS_PmQ


~~~~~~


La Chute (partie 1) :


L'immense panthère qu'était devenu l'Archidruide rôdait en regardant Baal, les deux adversaires semblaient se jaugés du regard, Tarion attendait l'ouverture pour planter ses crocs et ses griffes dans ce qui semblait être l'une des faiblesses du démon, un énorme œil globuleux sur son torse...


Pendant ce temps le groupe entourant le Commandant semblait préparer la suite. Thion semblait ailleurs, il tenait fermement l'épée de Karitas. Son corps dégageant des énergies salvatrices.


Alors que Baal portait à nouveau son attention sur le paladin, Taethias pris les devant :


- Vous tous, occupez vous des blessés, Bridelion avec moi, on va retenir Baal le temps que vous rendez nos hommes transportables, oncle Faelwyn, préparez vous à rouvrir un portail, le vide déchire de plus en plus ce lieu et au moment décisif nous risquons de manquer de temps si tous ne sont pas de l'autre côté du portail...


- Vaerya, reste ici je reviens rapidement. Ordonna Bridelion. Prend soins de ma sœur.


- Ensemble mon frère !


- Ensemble, montrons à ces vieux croulants ce que la nouvelle génération à dans le ventre Taethias. *remettant son casque le guerrier empoignait ses deux lames*


Les deux jeunes nordiens se lancèrent alors au combat en chargeant Baal. Taethias étant en tête c'est lui que Baal vit le premier parant les coups du demi-elfe, ce dernier tombait à genoux, Baal eut à peine le temps de sourire des toutes ses bouches que le plan d'action des deux jeunes hommes se mit en marche, Bridelion se servit de son équipier pour sauter et porter un puissant coup, tranchant l'une des tentacules du démon, sans laisser le temps au sinistre seigneur de se remettre de l'attaque c'est le paladin qui lui portait un coups, puis Bridelion, puis deux fois Taethias, trois coups de Bridelion et ainsi, une magistrale danse de lame se mit en place.


Le duo fonctionnait à merveille faisant même reculer le démon de quelques mètres, cependant à chaques tentacules coupées c'est trois autres qui revenaient, les corps du démon se déformait de plus en plus, si bien que de démon il ne lui restait que le nom, une créature de la veine de celles qui  servaient les dieux anciens voilà ce qu'il semblait être... un amas de chair putride et d'ombre pure...




- Taethias attention !! *Le guerrier aux lames croisées sautait contre son ami pour lui éviter de se faire toucher par une tentacule pointue et purulente* 


- Ouah... merci... ils semblent prêts là-bas, il faut sonner la retraite... 


Continuant à esquiver les coups du démon en faisant tournoyer leurs lames pour trancher et parer.


- Encore faut il qu'on ai quelque secondes de répit...


D'un regard les deux amis virent une ouverture, sans un mot il frappèrent de concert, cette attaque coordonnée offrait alors une autre ouverture...


D'un bond l'Archidruide sautait sur sa proie, et précisément sur le point faible repéré plus tôt, il plantait ses crocs et déchirait le globe oculaire immonde de ses griffes allant jusqu’à l'ouvrir totalement en restant accrocher sur son adversaire et continuant à griffer. Écorchant, griffant, crevant tous les yeux et morceaux de chaire qui passaient sous ses griffes.


Alors que leur maître semblait en difficulté, les créature qu'il avait relevé revinrent vers lui pour attaquer les assaillants de leur maître. Les deux jeunes guerriers en virent à combattre leurs légions, une énorme bête ressemblant à ce qu'il restait d'un eredar et d'une créature du vide désarmait Bridelion et le mit à terre préparant le coups de grâce pour achever le jeune seigneur, Taethias se jetait dessus et coupait la créature en deux avant qu'une autre créature se lançait sur Taethias, Bridelion la maîtrisa en coinçant son cou dans le creux et son bras avant de lui briser la nuque, tous deux en difficulté car submergés par le nombre les deux guerriers se virent totalement désespérés...






************






Alors que Bridelion et Taethias étaient au centre de la mêlée on vit le pandashan Yojimbo courir sur les têtes des créatures en mettant certaines à terre, le pandaren allait droit sur les deux jeunes alors qu'on vit Thalathiel faire de même avec son frère Gereth chevauchant leurs sabres de nuit qui eux même déchiquetaient les créatures passant sur leur chemin, Mérigar lui essayait tant bien que mal de s'accrocher à la monture de la sentinelle tirant sur les créatures essayant de leur sauter dessus. 


Tournoyant et s'entourant de chi, le moine pandaren débarrassait les jeunes hommes des créatures les plus proches avant de donner des coups lui aussi essayant de faire avancer ses compagnons.


- Dès qu'une ouverture sera crée, retournez au près du commandant.


Les deux elfes de la nuit les atteignirent rapidement. Couvrant la retraite de Taethias et Bridelion, Thalathiel les suivait montée sur son sabre tandis que Yojimbo restait près de Baal pour les couvrir.


Le pandashan se mit en position de combat, il allait devoir tout donner quitte à y laisser sa peau pour offrir une chance à ses amis d'achever l'horrible monstre.




*************




Le sombre Apothicaire Putridius avançait en laissant traîner son long manteau, d'un pas nonchalant il avançait en direction de ceux qui affrontaient dès lors Baal, il ne comptais pas laisser Baal survivre à cette soirée, lui aussi avait une vengeance à accomplir, et il mettrait tout en oeuvre pour atteindre son objectif...


Alors que le mort-vivant approchait de plus en plus de sa démarche particulière, Yojimbo donnait tout invoquant à lui les énergies du tigre blanc il foudroyait son adversaire à chaque coups.


Rathoran se lançait lui aussi à nouveau au contact mais Baal le repoussait avant de finir par l'envoyer d'un puissant coups contre un pilier.


Il n'en fallu pas plus pour que Shandri et Fraeya entre dans une colère noire et se transforment, Shandri pris sa forme de démon laissant des pics sinistres pousser sur son dos et le long de ses membres, Fraeya déployait alors ses ailes et pris de la hauteur pour frapper l'adversaire alors que Shandri empoignait la créature et lui arrachait des morceaux à mains nues.


Au même moment Alaric revint en piste...


**************






Taethias et Bridelion retrouvèrent Thion et son groupe, le commandant se tenait toujours à genoux, les yeux fermés et le corps irradiant de lumière, il semblait être en pleine méditation...


"Il faut évacuer les blessés en urgence" Ordonnait le jeune Taethias. 


Faelwyn ouvrit un portail à nouveau et les blessés commencèrent à être évacués. 


Taethias pris Karitas dans ses bras et lui fit passée le portail, alors que Bridelion aidait sa sœur à marcher et que Galadran portait Auriel. 


Lorahiel tuait de ses flèches les quelques ennemis approchants.


Les quelques soldats restants entraient à leurs tours dans le portail et les soigneurs de l'autre côté se précipitaient vers les blessés. 


James lui se faisait soutenir par Gromkah pour marcher jusqu'à Thion.


Ainsi, les blessés convergeaient vers le portail alors que tout ceux pouvant encore se battre et voulant restés se dirigeaient sur Baal.


Thion ne bougeait toujours pas, sa respiration était calme, sa concentration sans faille.


Bridelion et Taethias couvriraient le portail de Faelwyn qui serait maintenu par celui-ci et Saldir Ravenheart qui avait jusque là économiser son énergie au cas ou. Le portail ne devait pas se refermé, en effet, les sombres énergies qui dévoraient le lieux empêcherait surement d'en ouvrir un autre, de ce fait, l'assaut final se devrait d'être bref...


Cependant Baal ne semblait pas faiblir bien au contraire... il y avait peu d'espoir de réussite.


Alors que Keldyn Gangroeil le chasseur de démon se retrouvait emprisonner par les bras du démon, son maître, Rathoran Mortelune, pris l'ultime décision et déclarait à ceux qui comprendraient... "C'est l'heure du rituel... préparez le terrain"


Revenir en haut
Karitas


Hors ligne

Inscrit le: 24 Nov 2016
Messages: 45
Masculin

MessagePosté le: Jeu 15 Fév - 20:21 (2018)    Sujet du message: La fin. Répondre en citant

Tout était flou et trouble. L’univers était sombre, dévoré par de vagues sensation de douleur latente. A peine pouvait-elle distinguer des formes vagues, alors qu’elle plissait les yeux et forçait ses paupières à rester ouvertes.


Elen était en train de mourir. Le fait que Ce mort-vivant - dont elle ignorait le nom - ait absorbé une partie de son énergie, lui avait donné un peu de répit. Mais le peu d’énergie vitale qui subsistait en elle était en train de s’étioler. En tant que dragon, elle possédait une compréhension instinctive de son métabolisme. 


Même pour un dragon bleu sa température était beaucoup trop basse. L’engourdissement qui s’emparait de ses pattes était irréversible. Devant ses rétines des mouches imaginaires bourdonnaient. Les battements de son cœur ralentissaient à chaque seconde. Le sang ne coulait plus dans ses veines. Ses nerfs s’éteignaient l’un après l’autre. Même ses pensées devenaient laborieuses.


Elle ne devait plus retarder son dernier sacrifice. Son choix ultime. Elle avait pris cette décision bien longtemps avant. Après dix mille ans à étudier seule dans son repaire des îles brisées, elle s’était coupée du reste d’Azeroth. Au final, quand elle avait rejoint les Bravelame, sur ordre de Senegos, elle ne l’avait fait qu’à contrecœur. Surveiller des mortels lui semblait une mission rébarbative.


En comparaison de sa longue vie d’immortelle dragonne, quelques mois passés à déambuler dans les îles aurait en effet pu passer pour du temps perdu, une digression sans intérêt. Pourtant, ça avait été la période la plus riche de sa vie. C’était au côté de ces compagnons, de ces « vies inférieures » qu’elle avait appris sa plus grande leçon.


La vie ne valait la peine d’être vécue que si on était prêt à la donner.


Elle entama sa dernière incantation. Ses mâchoires s’entrouvrirent, ne laissant filer qu’un murmure imperceptible. La silhouette de son corps commença à vibrer, irisée par de petites étincelles glacées. Ses écailles et sa chair devinrent translucides, puis s’effacèrent totalement.


Une brume bleutée, presque invisible, flotta rapidement de là où se tenait la dragonne, et convergea directement vers Ikarea. 


De tous les membres de la compagnie à qui elle avait caché son identité, c’était d’elle qu’elle aurait voulu obtenir le pardon. C’était une mage et une érudite, tout comme Elen l’avait été. Presque une consœur. 


Ikarea ressentit brusquement un immense afflux d’énergies arcaniques, comme si elle avait puisé directement dans le tréfonds de la plus puissante ligne tellurique. Elle sentit un potentiel, une intensité qu’elle n’avait jamais connue. Le portail quelle était en train de maintenir doubla de volume, et elle eut la certitude qu’il tiendrait désormais sans qu’elle se concentre sur lui. Elle était d’ailleurs certaine de pouvoir accomplir des prouesses bien plus spectaculaires... et elle reporta son attention vers Baal.


Revenir en haut
Thion MacGallaway


Hors ligne

Inscrit le: 17 Nov 2016
Messages: 44
Localisation: Royaumes du Nord
Masculin Verseau (20jan-19fev)

MessagePosté le: Ven 16 Fév - 23:38 (2018)    Sujet du message: La fin. Répondre en citant

Sur les mots de Rathoran, tous les chasseurs de démon, hors mis Keldyn pris dans l'étreinte du démon et Shandri qui occupait la cible, se mirent à voltiger dans tous les sens frappant de leur lames le sol dans une sinistre danse, rapidement, des runes des cercles se tracèrent au sol, le rituel allait commencer, mais cela demanderait du temps...


Alors que Rathoran commençait à incanter le sort du rituel, son frère, l'Archidruide Feltarion fit de même, face à face, les deux frères entamaient leur ultime chant, dernier héritage qu'ils offriraient à la nouvelle génération qu'ils avaient vu grandir et dépassé les vieux maîtres qu'ils étaient devenus.


Tant dis que Shandri perdait sa forme démoniaque et que Baal reprenait du poil de la bête le commandant et son frère prirent à nouveau part au combat les coups pleuvaient sur le démon, et rapidement, les sortilèges des magiciens présents l'assaillirent.


L'immense créature faisait trembler ce qu'il restait du fort, ses hurlements glaçaient le sang et son ombre plongeait le terrain dans l'obscurité, sa puissance semblait phénoménale, mais là se trouvait la nuance, il était puissant mais pas invincible...




*******




Putridius de son côté semblait invoquer un puissant sortilège, Shay Ravenheart le frère revenant de James se tenait à ses côtés et empêchait les quelques séides de Baal approchant d'attaquer le sorcier.


Alors que les attaquants donnaient tout ce qu'ils avaient, affaiblissant presque l'abomination, Baal se relevait à nouveau éclatant d'un rire de ses bouches difformes. D'un cri strident il repoussait alors ses assaillants en blessant grièvement les plus proches.


"C'est tout ? C'est vraiment tout ce que vous avez à donner ? C'est pathétique ! JE SUIS UN DIEU, JE SUIS LA FIN, ET JE DÉVORERAIS CHACUN D'ENTRE VOUS !!"


Enfonçant son bras dans le bassin de Fel, Baal aspirait dans son corps même cette substance infernale qui commençait déjà à sortir par goûtes de ses gueules béantes.


"Je suis Baal l'immortel, le prince d'Azkor, le destructeur des royaumes ! Vous n'êtes rien !"


Alors que le Thion était à terre essayant de se relever avec difficulté, la lumière qui l'irradiait s'étant éteinte, l'espoir quittant les yeux de ses compagnons, Baal se préparait à lui donner le coups final, son immense poing fonçait vers lui comme le marteau de Khaz'goroth lui même frappant la terre.


Tout semblait perdu, mais dans un élan de rage et d'espoir réunis, Shandri percutait violemment le démon enflammer brûlant son bras et une partie de son visage, par cet acte, Baal ratait sa cible, laissant une chance au paladin de survivre à cette horrible soirée...


Sans attendre une seconde Yojimbo utilisait une technique concentrant tout son Chi en un coups dans le ventre du démon, se fracturant le bras mais paralysant la créature de ses éclairs crépitants.


Les chasseurs de démons canalisaient leurs pouvoirs pour emprisonner le démon le temps du rituel, et Faelwyn essayait de ralentir le temps autour du funeste Baal.


"Je connais ton nom démon..." intervint Putridius.


"Azek'Baal Rogthaz, le déchus. De ton nom je scelle ton destin, toi qui es à nôtre merci. Je lie ton âme à ce lieu, tu ne pourras pas fuir dans le néant." Terminant son incantation, le démoniste préparait une dernière attaque, invoquant la puissance des flammes infernales.


Alors que le démon se concentrait sur le réprouvé, Rathoran et Feltarion finirent leur triste rituel, récitant en cœur leurs dernières prières.


"De nôtre sang nous te condamnons, nos pouvoirs et nos essences même serviront à ta destruction, ton heure est venue, plus jamais tu ne détruira de vie"


Sacrifiant leurs pouvoirs, l'Archidruide et le chasseur de démon scellèrent Baal, on vit des bras démoniaques étreindre Baal d'une poigne puissante alors que Rathoran perdait connaissance, alors que les racines poussaient et empalaient le démon, fusionnant avec son corps meurtris. Ainsi paralysé il semblait inoffensif, mais les portails du vide et les bassins de fel commençaient à devenir de plus en plus instable et quelque chose arriverait car le temps manquait...


Baal pris la parole.


"Bien joué... vous n'êtes pas si ridicules... mais je vous emporterais tous... et ceux qui échapperons à la mort aujourd’hui... sachez que je ne suis qu'un émissaire, le messager des véritables dieux, vous vous affaiblissez, vous vous fatiguez pour moi... mais c'est inutile, vous mourez tôt ou tard... et toi l'Ours, MacGallaway, tu va tout perdre... *argh les liens du druide et du chasseur se resserraient* tout ce en quoi tu crois, tout ceux a qui tu tiens, ils te trahiront, ils te tourneront le dos, ton idéal de paix sera bafouer et brûlera avec l'espoir des elfes, ton âme sera brisée, et tes enfants se déchireront pour ton trône, tu perdras TOUT ! Tu n'es qu'un humain, un erreur... L'enfant perdu arrive et il te détruira toi et ton héritage et ton nom sera effacer... tout comme les vôtres... mais je ne vous laisserais pas me vaincre sans me battre ! "








*****








D'un élan de folie, le démon avançait alors que la magie des frères elfes le consumait de l'intérieur il avançait vers le commandant avec détermination.


"Je détruirais au moins ce que tu représente je te tuerais !"


Personne n'était en état d'intervenir, ou assez proche pour y être à temps.


Le coups allait vers le paladin c'était la fin...


La poussière se levait sous les pas de Baal cachant presque le Commandant aux yeux de ses alliés.


Mais le démon semblait surpris, un bouclier de lumière, le retenait, un rempart impénétrable, face à lui se tenait le grand Seigneur de Verteplaine.


Galadran était là parant le coups mortel d'un sourire à la fois amusé et inquiet.


"Rah, comme si j'allais rester les bras croisé pendant que tu essaye d'écraser mon filleul, t'as vraiment une sale gueule, et toi derrière, t'as pas intérêt à crever petit merdeux..."


"J'ai pas prévu de crever ici l'ancêtre... Merci..."


"Tant mieux, moi non plus !"


Sur ces mots le vieux seigneur se lançait à l'assaut de l'horrible Baal, vigoureux pour son âge, il parait tous les coups du démon, lui coupant plusieurs de ses tentacules, crevant des yeux et brisant ses dents, tenant en respect à lui seul la créature pendant quelques minutes, des minutes précieuses, alors que son bouclier se brisait avec l'os de son bras et qu'il se vit gravement blesser à la jambe il avait fait gagner assez de temps à Thion pour reprendre du poil de la bête.


D'un dernier geste Feltarion refaisait se serrer ses liens paralysant sur place le démon.


Plus loin Alaric préparait son arme à l'assaut final, des âmes torturées tournoyaient autours de lui, les âmes des démons vaincus pendant cette croisade contre Baal, les âmes des victimes qu'il avait faites alors qu'il servait le roi liche, son âme...


Le commandant prit la parole.


"Baal... je ne compte pas mourir ici, ni laisser l'un des miens périr à nouveau..."


Ikarea lançait le puissant sort qu'elle canalisait glaçant la chair de la créature et lui enfonçant des pics de glace dans le corps.


"Tu as essayé de me briser... et peut-être que tout ce que tu dis est vrai...


La serrait l'épée de Karitas dans sa main droite, sa seule main désormais.


"Je ne mourrais pas ici, je mourrais peut-être de mes blessures, je perdrait peut-être tout à l'avenir... Je ne suis qu'un humain c'est vrai, mais j'ai foi, en mes alliés, mes amis, ma famille, même les plus sombres d'entre eux, j'ai foi, en la Lumière, malgré la déception que m'a offert la vison de Xe'ra, j'ai foi en ce que je laisserais en partant... je te tuerais, grâce à tout ceux qui sont ici... j'ai compris, le sens de mon existence, ce soir signe la fin de mon histoire autant que la tienne, je ne suis pas un héros, je ne suis que l'incarnation de la vengeance de ceux que j'ai connu et qui se battent encore à mes côtés... finissons ce blabla ridicule...
J'ai enfin compris, je ne te tuerais pas, mais la lumière le fera, je n'y survivrait peut-être pas... mais je laisserait la Lumière accomplir sa vindicte... car ma foi... est inébranlable."


Sur ses mots, le paladin rouvrit les yeux, ceux-ci irradiaient de Lumière, et son corps dégageait non pas de la lumière, mais des flammes sacrées, qui semblaient presque brûler son corps par endroit, il avait choisis se donner complètement à la Lumière, devenant un pantin, un avatar, une arme, car il n'avait pas les pouvoirs lui même d'en finir avec Baal, c'était son ultime prière et surement la dernière fois que la Lumière lui répondrait...




Se lançant à la charge dans son ultime assaut conjointement avec son frère jumeau, leurs épées s'enfoncèrent dans la créature, les énergies de toutes les magies qu'avaient réunis les Bravelame brisaient les barrières des différents plans, tous commencèrent à évacué, embarquant tous les blessés, Dorsator pris l'archidruide sur Dwyfa alors que les chasseurs de démons secourraient leur vieux maître.


Les deux frères MacGallaway, se trouvaient au cœur du cyclone, la dernière danse s'achevait...


Le démon se plaignait "C'est impossible... qu'es-ce que vous m'avez fait je..."


"Jusqu'à la fin mon frère..."


Et les deux frères enfoncèrent leurs lames, les énergies chaotiques, du bien comme du mal se déchaînaient une explosion eu lieu à l'intérieur même du démon réduit en cendre, alors que les jumeaux se virent repoussés par le souffle de l'explosion.


Le sol se brisait sous les pas des combattant fuyant le champ de bataille, et les failles du vide dégueulaient des aberrations, des créatures du vide hideuses et affamées dévorant tout.


Tous fuirent dans le portail que maintenaient ouvert Faelwyn et Ikarea, cette dernière d'un regard vit Alaric dérivé sur un rocher flottant, et le téléportait jusqu'à elle avant de l'envoyer dans le portail.


Taethias hurlait de rage ne trouvant plus son père totalement désespéré, mais Bridelion le voyait, sans prendre le temps de le dire ni même d'y penser, on le vit foncer en sautant de bloc de roche en bloc tranchant les créatures sur son chemin, sa seule idée était de sauvé l'homme qui avait toujours cru en lui, bien plus qu'un chef, qu'un commandant il était le père qu'il avait choisit, celui qui ne l'avait jamais abandonné, son frère d'arme, celui qu'il devrait protéger comme lui l'avait fait pour lui.


"Non... tu ne mourras pas Thion, je ne te laisserais pas...tu n'as pas le droit !"


Continuant à avancer en tuant tout ce qui passait sous ses lames, emporter par son élan, déchaîner par la peur de perdre son ami, rien n'arrêtait le jeune Waterac, jusqu'à ce qu'il atteigne le corps inconscient du commandant. De toute ses forces il le hissait sur son dos, de toute sa rage il avançait, plus prudemment, attendant que les rochers bougent, trois créatures l'encerclaient, un seul bras pour se battre il en tuait une mais les autres sautèrent, mais un bouclier de lumière le protégeait, Taethias avait pu le voir.


"IKAREA MAINTENANT !"


Au signal du demi-elfe, elle téléportait son frère et son fiancé près d'elle, totalement épuisée, Taethias et Bridelion n'attendirent pas plus longtemps pour passer le portail avec Thion sur leurs épaules.


Alors que le vide dévorait alors la plateforme et la frappait de sombres tentacules, Ikarea passait le portail, regardant son maître, elle maintenait alors le portail de l'autre côté, mais en ce peu de temps, Faelwyn c'était fait touché par le vide, hurlant de douleur en passant le portail qui se refermait derrière lui tranchant la tentacule du vide.


Tous les survivants avaient réussis à traverser le portail, alors que les corps de leurs amis avaient du être dévorés par le vide, ceux qui étaient là n'étaient pas non plus totalement indemnes, les conséquences de cette guerre, de cette bataille, seraient irréversibles, le temps ferait son oeuvre... Baal n'était que l'émissaire de ses maîtres. La nouvelle génération devrait désormais se battre car un sort pire que la mort les attendaient.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 14:16 (2018)    Sujet du message: La fin.

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    la compagnie bravelame Index du Forum -> La Compagnie -> Textes RP Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2
Page 2 sur 2

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com